• Des Chinois voulaient importer l’eau de Val-d’Or...

    Des Chinois voulaient importer l’eau de Val-d’Or...

    Une entreprise chinoise souhaitait importer chaque jour entre 8000 et 10 000 bouteilles d’eau provenant de l’aqueduc de Val-d’Or, en Abitibi

    La Ville de Val-d’Or a fait cesser il y a deux semaines les travaux de construction d’une usine clandestine d’embouteillage d’eau sur le site de la ferme avicole Les Œufs d’or. Le propriétaire de la ferme, Denis Beauvais, affirme être en contact avec une entreprise nouvellement créée à Hong Kong et en Chine, Water World inc., pour l’exportation de 8000 à 10 000 bouteilles d’eau de 500 millilitres par jour.

    Pas de permis

    L’entreprise n’avait cependant pas demandé de permis à la Ville pour construire l’usine. La Ville a donc mis fin aux travaux et a demandé une autorisation à la cour pour obliger l’entreprise à démanteler l’usine, puisque celle-ci ne respecte pas les règles de zonage de ce secteur. Aucune usine d’embouteillage d’eau qui utiliserait l’eau de la Ville n’est permise à Val-d’Or. Ce ne serait pas éthique de le permettre alors que les installations sont payées par tous les citoyens, a raconté le maire suppléant de Val-d’Or, Gilles Bérubé, qui précise que si une entreprise puisait dans un puits, ce serait peut-être différent.

    Il y a plein d’entreprises dans le parc industriel de Val-d’Or qui utilisent l’eau de la Ville pour fabriquer des produits qui sont vendus partout dans le monde. Ce qu’on voulait faire n’est pas très différent. J’ai un compteur d’eau, je paie pour l’eau que j’utilise, a dit M. Beauvais.

    La Ville de Val-d’Or ne veut cependant pas que son eau municipale serve à abreuver la Chine. L’usine aurait fait augmenter la demande en eau municipale d’environ 1 %, ce qui aurait entraîné des coûts et des impacts importants sur le réseau.

    Selon Denis Beauvais, il n’est écrit à aucun endroit dans les documents qui ont permis, il y a 25 ans, de construire sa ligne d’eau qu’il ne peut pas embouteiller l’eau municipale.

    Selon lui, tout le monde utilise l’eau de la Ville pour plusieurs usages. Il ne voit pas pourquoi il ne pourrait pas l’exporter. Le premier ministre Trudeau vient d’aller se promener en Chine pour favoriser l’exportation. C’est ça qu’on voulait faire, de l’exportation. Au Québec, il y a vraiment trop de règles qui nuisent aux entreprises. Ce n’est pas comme en Ontario, a-t-il dit.

    Surprise

    M. Bérubé affirme de son côté avoir été très surpris d’apprendre qu’un homme d’affaires implanté à Val-d’Or depuis longtemps pensait pouvoir construire une usine d’embouteillage d’eau sans demander de permission. Quand on m’a dit ça, je n’en revenais pas...

    David Prince
    « Conspiration mondiale... Reportage... La NASA a menti sur TOUTLes États-Unis perdent leur monopole sur les noms de domaine »

    Tags Tags : , , , ,