• Intelligence artificielle... quelle menace pour l'humanité

    Intelligence artificielle... quelle menace pour l'humanité

    L'humanité entre dans une nouvelle ère, celle des "systèmes intellectuels incontrôlés" qui se génèrent eux-mêmes et commenceront très prochainement à s'introduire dans nos vies, analyse l'académicien Alexandre Koulechov, directeur de l'Institut de science et technologie de Skolkovo.

    Spécialisé dans la création de neuro-réseaux, d'intelligence artificielle et de systèmes complexes de traitement d'information, le chercheur juge "logique" l'ingérence de machines intelligentes dans nos vies et ses conséquences. Les programmes informatiques qui traitent des quantités gigantesques d'information facilitent considérablement le travail d'entreprises complexes et minimisent les chances d'apparition d'erreurs et de problèmes, souligne-t-il.

    La majeure partie des débats concernant ces technologies, indique l'académicien, vient du fait qu'il existe une différence entre le terme russe "intellect" et le terme français intelligence, qui pousse certains à penser que l'intelligence artificielle doit être une construction anthropomorphe qui rappelle et imite les propriétés de l'intellect humain.

    En réalité, explique Koulechov, ces 25-30 dernières années de recherches montrent qu'une telle approche est erronée et n'apporte pas de résultats signifiants applicables en pratique...

    Toutes les tentatives ratées de créer des analogues de neurones et de les assembler en un ersatz de cerveau, ainsi que d'autres approches imitant le travail du système nerveux de l'homme et la manière dont nous prenons des décisions et analysons des informations, ont conduit à ce que dans les années 1990 l'expression "intelligence artificielle" devienne parmi les mathématiciens un terme injurieux à cause des attentes anthropomorphes infondées que l'on plaçait dans les neuro-réseaux et l'intelligence artificielle.

    De fait, la renaissance des inventions impliquant l'intelligence artificielle a commencé à la fin des années 2000 quand plusieurs mathématiciens et informaticiens russes ou encore américains ont proposé et conçu des algorithmes d'IA nommés ensuite "méthodes d'apprentissage profond" et "méthodes d'apprentissage de variétés".

    Il s'est avéré que les réseaux neuronaux simples réunis en cascades et en systèmes complexes à partir de réseaux fonctionnant différemment ne se comportaient pas comme les scientifiques l'attendaient et étaient capables de remplir des tâches qui étaient auparavant insurmontables pour l'IA, y compris la reconnaissance vocale, de photos d'individus, de différents objets, et même la prédiction de pannes et de catastrophes.

    A l'avenir, l'évolution de ces technologies changera radicalement la vie de l'homme. Imaginez que vous sortez d'un hôtel à l'étranger et que des touristes vous prennent accidentellement en photo: cette dernière arrive dans un moteur de recherche, vous identifie et dans 5 minutes votre patron est informé. Il vous sera très difficile de le convaincre que vous êtes parti en vacances dans la région, explique Koulechov.

    A titre d'exemple, il cite le système AlphaGo qui a battu cette année le champion du monde de go. L'académicien explique que c'est le premier exemple d'une classe unique de machines capables de remplir des tâches incalculables et de s'auto-améliorer. La naissance d'AlphaGo et sa victoire ouvre la porte à une toute nouvelle dimension dans laquelle l'humanité entrera très rapidement. Et tout, dans ce monde, ne sera pas utile et agréable pour l'humanité dans l'ensemble et pour certains en particulier.

    Il est parfaitement évident que les changements sociaux seront colossaux. Le nombre de travailleurs de qualification moyenne se réduit déjà et l'apparition d'une IA capable de remplir leurs tâches les privera de travail. Ingénieurs, chauffeurs de taxi, pilotes, infirmières, ouvriers… Des millions de professions devront disparaître et seulement 1% de la population active, d'après les recherches actuelles, pourra s'adapter aux nouvelles réalités et se reconvertir", explique l'académicien.

    Selon lui, "il faut d'urgence investir de l'argent dans l'éducation car les individus de qualification moyenne deviennent peu à peu complètement inutiles". En effet, l'homme ne parvient pas à "évoluer" aussi vite que l'IA: les générations se succèdent tous les 25 ans, alors que les révolutions technologiques ont lieu tous les 5-6 ans. C'est pourquoi le nombre d'individus "inutiles" croîtra constamment et seule une éducation massive pourra permettre d'éviter une explosion sociale et l'apparition d'une nouvelle vague de luddisme.

    RIA Novosti

    « Une bizarrerie jamais vue parmi les exoplanètesNous vivons dans une simulation... deux physiciens célèbres discutent de la théorie »

    Tags Tags : , , , ,