• Le « Doigt du Mort » Les conséquences qu’aurait une attaque atomique...

    Le « Doigt du Mort » Les conséquences qu’aurait une attaque atomique contre la Russie et la Chine

    Des rapports récents concernant l’analyse faite par les services de l’armée des USA sur les conséquences qu’aurait une attaque atomique contre la Russie et la Chine, ont suscité de vives discussions dans le monde. Que doivent faire la Russie et la Chine pour éviter une éventuelle attaque nucléaire?

    La Russie s’est dotée d’un système de contrôle automatique des missiles connu sous le nom de Périmètre. Le potentiel nucléaire de la Chine reste classé confidentiel. Selon des estimations d’experts, il ne dépasse pas la puissance de 250 têtes nucléaires, par rapport à près de deux mille ogives détenues par la Russie et les USA. En outre, les missiles chinois conçus pour percer le système de défense antimissile US, sont obsolètes. Il s’ensuit que le problème des représailles chinoises contre les USA ne semble pas très important.

    Quel est le but de l’analyse US ? Pourquoi les USA essaient-ils de prévoir les conséquences d’une éventuelle attaque nucléaire ? Le seul motif rationnel que l’on peut y voir est d’essayer de prévenir les représailles. Est-il possible de faire disparaître les plus hauts dirigeants qui ont la possibilité de donner l’ordre de lancer les représailles ? Comment est-ce possible techniquement ?

    De nos jours, point n’est besoin d’être dans un endroit particulier, spécialement équipé pour pouvoir exercer son autorité ou remplir ses obligations. Au 20ème siècle, les ordinateurs occupaient des étages entiers de grands immeubles. Aujourd’hui, on peut utiliser un petit ordinateur portable et travailler partout où existe une connexion Internet.

    Au 20ème siècle, il y avait la chose connue sous le nom de « valise nucléaire ». En URSS, la valise nucléaire s’appelait « système Kazbek ». En cas d’attaque nucléaire, les dirigeants russes peuvent être évacués vers des bunkers souterrains ou sur le poste de commandement volant, connu sous le nom d’Avion du Jugement Dernier (le président US a aussi le sien).

    L’ennemi peut bien sûr bombarder toutes les cachettes, mais il faudrait qu’il sache précisément où elles sont. Ces abris doivent donc être classés au plus haut niveau de confidentialité. En même temps, on peut aussi laisser fuir secrètement la localisation de fausses cachettes.

    Le système Périmètre, connu sous le nom de « Doigt du Mort » [sous-entendu « sur le bouton de l’apocalypse nucléaire », NdT], a été mis en service en URSS en 1985. En bref, ce système assure le lancement automatique des missiles nucléaires en cas d’attaque atomique, même s’il ne reste personne pour en donner l’ordre.

    Toutes les données disponibles sur le travail de ce système sont accompagnées d’expressions du genre « probablement », « peut-être bien », etc. Personne ne sait exactement comment il marche. On pense généralement qu’il s’agit d’une forme d’intelligence artificielle qui évalue une multitude de facteurs typiques d’une attaque nucléaire. Elle se base sur les données venant de stations radar, de satellites en orbite, de l’activité sismique, etc.

    Des missiles dotés de capacités nucléaires seront ainsi lancés à partir de silos, de lanceurs mobiles, d’avions stratégiques, de sous-marins, afin de frapper les objectifs enregistrés au préalable dans le système, sauf si un signal du commandement central annule l’attaque. En général, bien qu’il n’y ait guère d’informations sur le travail de Périmètre, une chose est sûre : La machine du jugement dernier n’est absolument pas un mythe, elle existe bien.

    Voici ce qu’a déclaré le commandant des forces stratégiques de missiles, le lieutenant-général Sergey Karakayev, il y a cinq ans, lors d’une interview avec une publication russe : « Oui, le système ‘Périmètre’ existe bien. Il est en alerte. S’il y a lieu de lancer des représailles, l’ordre d’attaquer pourra être donné par Périmètre, pas par quelqu’un. »

    Les experts US ont analysé la tactique et la stratégie d’une attaque atomique contre la Russie. Ils ont reconnu que cela déclencherait entre les deux pays un échange massif de tirs nucléaires, qui se solderaient par des dommages mutuels irréparables, et plus de 400 mégamorts [dans les années 60-70, les stratèges pentagonaux utilisaient l’unité mégamort pour formuler leurs désirs...

    Pravda.Ru, Yuri Nosovsky

    « Si vous voulez faire attention à vos yeux, voici 11 photos de l'éclipse solaire d'aujourd'huiLa NASA «prédit» comment l’astéroïde Florence frôlera la Terre »

    Tags Tags : , , , ,