• Mars... le cimetière des missions, semble être frappée par une étrange malédiction

    Mars... le cimetière des missions spatiales, semble être frappée par une étrange malédiction

    La planète Mars semble frappée par une étrange malédiction, qui a provoqué la perte de la majorité des missions qui y ont été envoyées depuis les années 1960. Petit retour sur les principaux échecs martiens.

    Lors du décollage de la fusée russe Proton qui a envoyé la sonde ExoMars vers sa destination le 14 mars 2016, de nombreux spécialistes craignaient que l'Agence spatiale russe ne soit une fois de plus touchée par la malédiction martienne, qui a frappé toutes les tentatives de ce pays d'explorer cette planète voisine de la Terre. Heureusement, le lanceur a bien fonctionné et a envoyé le couple européen TGO (Trace Gas Orbiter) et l'atterrisseur Schiaparelli sur la bonne trajectoire.

    Et, si les Russes (et les Soviétiques par le passé) n'ont jamais réussi complètement une seule mission vers la planète rouge, la NASA et l'Agence spatiale européenne n'ont pas non plus été épargnées par cet étrange «Triangle de Mars» qui a avalé certaines missions sans laisser de traces. À ce jour, avant l'arrivée de TGO et Schiaparelli, il y a bien plus d'échecs que de succès: 29 ratés, et 19 réussites.

    Retour sur les plus spectaculaires désastres de l'histoire de l'exploration martienne.

    La malédiction soviétique

    L'Union soviétique devança les États-Unis dans la course à l'exploration de Mars. Ils furent les premiers à partir, mais pas les premiers à y arriver... Le 10 octobre 1960, la sonde Mars 1M No1 décolle de Baïkonour, mais le voyage tourne court: le lancement est un échec car de trop fortes vibrations au décollage endommagent le système de contrôle de la sonde qui n'arrive même pas à se placer en orbite autour de la Terre. Deux tentatives suivantes, en 1960 et 1962, sont aussi perdues au décollage. En 1962, Mars 1, aussi connue sous le nom de Spoutnik 23, réussi enfin à quitter la Terre et part vers Mars. Mais 4 mois après le départ, à 106 millions de kilomètres de notre planète, la sonde disparaît des radars soviétiques: probablement à cause d'une panne de son antenne radio. L'URSS a raté sa meilleure occasion, et se fait doubler en 1965 par le succès américain de Mariner 4 (après l'échec il est vrai de Mariner 3). La sonde de la Nasa a renvoyé les premières images rapprochées (mal résolues et en noir et blanc, mais les premières) de la surface de Mars.

    En 1971, après une série humiliante de 9 échecs, les Soviétiques pensent avoir vaincu leur malédiction, en envoyant deux missions en même temps, Mars 2 et Mars 3. Enfin, les deux sondes réussissent chacune à larguer un atterrisseur et à se placer en orbite autour de la planète. Mais par malchance, les deux missions arrivent au pire moment imaginable: pendant une puissante tempête de sable. Le module d'atterrissage de Mars 2 fait une descente avec un angle trop raide, et s'écrase à la surface. Mars 3 a plus de chance, son bouclier la freine bien en entrant dans l'atmosphère, elle ralentit sous parachute et ses rétrofusées amortissent le choc de l'atterrissage. Succès, les Russes sont sur Mars! Mais l'euphorie est de courte durée, car l'atterrisseur tombe en panne au bout de 20 secondes... A-t-il été victime du vent trop fort à la surface? Les images renvoyées par Mars 3 sont inutilisables. L'Académie des sciences de l'URSS reconnaît qu'aucun horizon n'est visible... Il faudra attendre 1976, et la mission Viking de la Nasa pour avoir la première image «utile» de la surface. Les Soviétiques ont réussi à se poser, mais ont une nouvelle fois été frappés par la malédiction martienne. Les missions suivantes, de Mars 4 à Mars 7 1973 sont toutes des échecs.

    Des échecs cuisants pour la NASA dans les années 1990

    Les États-Unis ont eu plus de chance que l'URSS dans l'exploration de Mars, avec les survols spectaculaires des missions Mariner et les atterrissages réussis des Viking 1 et 2 dans les années 1970. Mais la série de succès était trop belle, et la NASA connaît elle aussi son lot d'échecs. En 1993, l'Agence spatiale perd le contact avec sa sonde Mars Observer trois jours avant sa mise en orbite autour de la planète rouge, probablement à cause d'une explosion lors de la mise à feu de son moteur.

    Mais c'est l'échec de Mars Climate Orbiter en 1998 qui est le plus humiliant pour la Nasa. La mission était présentée comme le meilleur exemple de la nouvelle stratégie «faster, better, cheaper» (plus vite, mieux et moins cher) de l'agence. La sonde s'est écrasée en tentant de se mettre en orbite autour de Mars à cause d'une confusion entre des unités métriques et impériales! Un logiciel de Lockheed-Martin qui aurait dû donner des mesures en Newton-secondes (en système métrique, comme le demande la Nasa) pour calculer les impulsions données à la sonde par les moteurs, fonctionnait en fait avec des livres-secondes (en unités américaines)!

    En 1999, la série noire américaine continue, avec le crash de Mars Polar Lander, qui devait se poser près du pôle Sud de la planète. Le moteur de descente s'est probablement éteint trop haut, précipitant l'engin vers le sol à haute vitesse. Et les deux petits impacteurs Deep Space 2, libérés par l'atterrisseur, arrivent bien à la surface mais ne renvoient aucun signal radio.

    Cet échec signe la fin de la stratégie «faster, better, cheaper» de la Nasa, qui reconnaît que l'exploration de Mars ne permet pas de missions low-cost.

    Coups durs pour le Japon et l'Europe

    En 1998, c'est l'agence spatiale japonaise JAXA qui rate sa première mission vers Mars. Sa sonde Planet-B Nozomi est victime d'un problème moteur, qui rallonge son périple. En arrivant près de Mars en décembre 2003, quatre ans après la date initialement prévue, elle n'a plus de carburant et ne peut se mettre en orbite. Elle dérive depuis autour du Soleil.

    L'Agence spatiale européenne a aussi compris un peu tard qu'une mission trop hâtive et pas assez financée ne pouvait que mal se terminer. En 2003, la sonde de l'ESA Mars Express embarque un petit passager, Beagle 2 qui, sous responsabilité britannique, doit faire des mesures à la surface de Mars. Mais après son largage par Mars Express, qui réussit sa mise en orbite, aucun signal n'est reçu du petit module britannique. Le mystère de sa disparition ne fut résolu que l'année dernière, avec des images à très hautes résolutions de la mission américaine MRO, qui montre que Beagle-2 s'est bien posé, mais qu'un de ses panneaux solaires ne s'est pas déployé et a occulté l'antenne devant permettre les communications radio avec la Terre.

    Le Figaro

    « Des chercheurs de Harvard ont découvert des moines aux capacités surhumainesLa guerre vient-elle tout juste de commencer... La pire attaque a eu lieu »

    Tags Tags : , , , ,